Québec Pêche

  Bienvenue sur QuebecPeche.com - Le Média #1 sur la Pêche Sportive au Québec... En ligne depuis 2001!
Vous êtes ici : Accueil Chroniques Techniques de pêche à la mouche Truite de mer en Gaspésie. Comment s’y retrouver?

Truite de mer en Gaspésie. Comment s’y retrouver?

Truite-Mer-AlbertCette truite de mer est en réalité un omble de fontaine (salvelinus fontinalis) anadrome. Les mouchetées québécoises sont très répandues dans les lacs sauvages ou ensemencés, dans les grandes rivières nordiques, dans les ruisseaux de montagne, dans les petites rivières forestières et de campagne, dans les rivières urbaines aménagées et dans les rivières coulant en mer à partir des bassins hydrographiques suivants :

 

  • Baie d’Ungava , James et d’ Hudson
  • De la rivière Saguenay
  • De l’île Anticosti
  • De l’estuaire et du golfe Saint-Laurent
  • De la baie des Chaleurs

Anadromie : c’est cette particularité qu’a la truite de mer de préférer l’eau saumâtre ou salée pour la majeure partie de son temps de croissance, dû à la nourriture abondante disponible dans et près de l’estuaire de sa rivière. Après  sa naissance en eau douce de rivière, et après un certain temps de croissance, probablement deux ans, la truite dévale vers l’eau salée pour grandir. Arrivée  à maturité, un an plus tard, la truite de mer retourne vers l’eau douce de l’amont  de sa rivière pour la fraye.

Cette maturité est atteinte entre les âges de deux à quatre ans selon les sujets.

Il est démontré, par les études à ce propos, que la truite de mer  (anadrome) peut vivre plus longtemps que la truite de lac (dulcicole). La durée de vie de la truite de mer (jusqu’à 7 ans) est plus longue que la durée de vie de la truite de lac (jusqu’à 4 ans). La truite de mer peut donc atteindre une longueur et un  poids plus imposants.

Besoins de la truite :

  • Eau froide (13 et 18 deg.celcius) et bien oxygénée
  • Nourriture en abondance (insectes, crustacés, poissons et mammifères)
  • Protection contre les prédateurs (couvert végétal)
  • Facilité de migration (libre circulation)
  • Sites propices à la fraye (granulométrie, vitesse du courant, profondeur de l’eau)

Les mâles, une fois matures, peuvent frayer à tous les ans alors que les femelles semblent omettre un an à l’occasion.

Lorsque la truite est en mer, sa livrée est d’apparence argentée. Son ventre est blanc pour se confondre dans la lumière du haut et son dos est foncé pour se confondre dans le fond du bas. Ce camouflage en mer change au moment de l’arrivée de  la truite en rivière. Sa robe doit maintenant s’adapter à l’environnement. Le ventre demeure plutôt blanc, légèrement grisâtre alors que les flancs et le dos deviennent plus foncés et colorés. Au moment de la fraye,  les mâles s’habillent de façon éclatante, mais les femelles conservent une livrée beaucoup plus sobre.

Répartition des truites de mer selon les saisons :

  • Printemps et été : surtout en estuaire et en rivière
  • Automne : surtout à l’amont de la rivière
  • Hiver : surtout à l’amont de l’estuaire

Les études démontrent, qu’à l’opposé du saumon, la truite anadrome s’alimente aussi bien en hiver qu’en été lorsqu’elle est en eau salée. Cette nourriture, la truite peut s’en alimenter de façon opportuniste ou de façon sélective.

Alimentation opportuniste : lorsque le hasard présente une quelconque nourriture dans les environs de la truite, elle n’hésite pas à la gober.

Alimentation sélective : lorsque la nature offre une ou plusieurs émergences d’insectes, la truite semble se concentrer sur ce qui est disponible en quantité telle que l’émergence d’une espèce d’éphémères en particulier. La truite ne prend rien d’autre chose que ce qui imite l’émergence en cours.

Les rivières en Gaspésie : sur le territoire de la Gaspésie coulent 23 rivières dans lesquelles remonte l’omble de fontaine anadrome. Elles s’écoulent soit dans le golfe Saint-Laurent, soit dans la baie des Chaleurs.

L’état des stocks de truite de mer : la quantité de poissons présents en rivière a beaucoup diminué depuis les 25 dernières années. Les études semblent indiquer comme hypothèse majeure, les opérations forestières, les barrages sur certaines rivières et les prélèvements soit par le braconnage, soit par la pêche récréative.

Les coupes à blanc, pratiquées même près des berges des rivières et les multiples chemins taillés en forêt, ont permis la fonte et l’écoulement rapide de  la neige au printemps. Cette massive arrivée d’eau a arraché des berges, une multitude d’arbres, d’arbustes et de végétaux qui avaient comme qualité de retenir les sols et les sédiments. Ces sédiments ont colmaté une très grande quantité de sites de fraye. Moins de sites de fraye, moins de petites truites! Les nombreux barrages aménagés sur plusieurs rivières à la fin des années 1800 et au début des années 1900 sont aussi responsables de la diminution du nombre de poissons sur les sites de fraye en restreignant énormément la migration des géniteurs. Les prélèvements illégaux ont aussi eu leur impact. Il est par contre difficile de chiffrer cet impact car les braconniers n’ont pas tous été capturés et condamnés. 

Les captures sportives de truites de mer sont chiffrables lorsque capturées en rivières, encore là, les chiffres ne sont pas précis, mais les captures en estuaires, à l’aval de la route 132, ne sont à peu près pas quantifiables. Tous ces pêcheurs à l’aval de la route 132 ne seraient certainement pas là s’ils ne prenaient pas de truites. Ces truites ne sont jamais comptées.
Il faudra peut-être en venir à des restrictions ou à des diminutions de limites de capture et même à envisager la graciation (remise à l’eau) dans certains cas.

Et la pêche maintenant!
Se rappeler que la pêche de la truite de mer se pratique dans une rivière à saumon. Vous devrez avoir votre permis de pêcheur de saumon et un droit d’accès du gestionnaire de la rivière de votre choix. Cela étant dit, à vous maintenant décidez ou vous irez!

Le choix d’une rivière :  à moins de demeurer en Gaspésie près d’une de ces rivières, vous avez l’embarras du choix. À vous le choix!
Je vous recommande  le ‘Guide des Rivières à Saumon de la Gaspésie
En voici cinq que je vous recommande :

  • Rivière Sainte-Anne,
  • Rivières Pabos (Petit, Grand nord, Grand ouest),
  • Rivière Nouvelle,
  • Rivière Petite-Cascapédia,
  • Rivière Bonaventure

Tactiques et techniques : la pêche de la truite de mer en rivière est loin d’être aussi facile que la pêche en étang. Il est préférable d’avoir un bon plan de match!
Le plan de match doit comprendre les éléments suivants :

  • l’équipement
  • le repérage des sites de tenues des truites  (trout lies)
  • l’approche furtive
  • le choix de l’artificielle
  • le choix de la présentation
  • le ferrage
  • le combat
  • la maîtrise de la truite
  • la graciation ou la conservation du poisson

L’équipement pour pêcher la truite de mer en rivière, il vous faut des bottes soit cuissardes soit pantalon. Si vous devez en acheter, procurez-vous un pantalon imperméable micro-poreux qui respire. Un imperméable du même tissu est tout  à fait recommandé. Bien sûr, les autres vêtements doivent être adaptés aux conditions atmosphériques qui prévalent. Pour la pêche, une canne courte de 7 à 8 pieds si vous pêchez d’un canot ou une canne de 9 pieds si vous pêchez à gué.  L’important, c’est la grosseur de la soie. Plus elle est petite plus vous devez travailler mais plus vous avez de plaisir lorsque la truite est sur la ligne. Je vous suggère une canne pour soie 5 et le moulinet approprié. À vous de décider!
L’épuisette est toujours utile pour la maîtrise du poisson.
Pour effectuer le repérage des sites de tenues des truites, il vous faudra marcher dans les sentiers menant à la rivière, le long des berges et dans l’eau. Dans certaines rivières, le repérage se fait souvent à bord d’un canot.  Dans les deux cas, il faut repérer les particularités propres à la tenue de truites telles que :

  • eau profonde d’au moins un mètre
  • eau légèrement moins rapide que la marche d’un homme
  • concentration de l’eau en coulée, concentration de la nourriture en dérive, rechercher une ligne de brou concentrée
  • couvert végétal, branches surplombant la coulée et la ligne de mousse
  • arrachis de billots empilés les uns sur les autres
  • seuil de fosse
  • fosse lente à l’aval de sites propices à l’émergence d’insectes

Les truites de mer sont souvent très farouches, un rien les épouvantes. L’approche furtive est de mise. Lorsque vous êtes à moins de trente mètres d’une tenue de truites, il faut absolument éviter les bruits de pas, les bruits de branches cassées, de faire débouler des cailloux, il faut éviter de faire des   vagues en vous déplaçant dans l’eau.  De plus il faut se tenir le plus bas possible. Il m’est arrivé de prendre  plus de 5 minutes pour atteindre l’endroit où j’ai fait ma première présentation!

Suite à l’observation des lieux et de la situation, il faut maintenant faire le choix  de l’artificielle et de la présentation, les deux allant de pair. La pointe de l’avançon devra être aussi fine que la situation permette. Il y a ces mouches  que l’on doit laisser libres de dévaler à la vitesse du courant après les avoir présentées comme les mouches sèches imitant un insecte adulte. Il est donc nécessaire de faire une présentation avec une ligne flasque, non tendue, pour que la mouche puisse flotter sans drague alors que la soie se raidit. Souvent, cette technique vous amène à lancer de façon perpendiculaire au courant, vers l’amont ou vers l’aval. Il faudra, à l’occasion, présenter la mouche sous les branches ou sous les billots de façon à faire flotter la mouche au-dessus de la tenue des truites. L’habileté du pêcheur à contrôler les lancers à l’horizontal facilite énormément les présentations dans des endroits exigus.

Si la situation exige l’utilisation d’une mouche submergée tel un streamer, une mouche noyée ou une nymphe, l’habileté à lancer est toute aussi importante. Il faut bien juger la distance du lancer à exécuter de façon à déposer l’artificielle le plus près possible de la tenue de la truite sans l’accrocher dans les obstacles de  la berge.

Lorsque la mouche est en dérive (mouche sèche) ou en parade (mouche noyée),  il faut être attentif pour déceler une touche. En mouche sèche, le pêcheur va ressentir et voir le gobage. En mouche submergée, le pêcheur va plutôt ressentir la touche que la voir. C’est à ce moment précis que doit être effectué le ferrage.

Le ferrage implique le retrait de la mouche vers le pêcheur par un geste de la  main porteuse de la canne. Il s’agit d’élever ou de tasser la canne d’un côté ou   de l’autre.

Une fois le ferrage bien fait, c’est le combat qui s’engage. Pour bien effectuer la maîtrise de votre truite, la canne doit être maintenue perpendiculaire à la ligne de tir, le poisson étant attaché au bout. La canne doit absorber les coups et les tensions causés par la truite.  La tension du frein du moulinet doit permettre la sortie de soie lors d’une course mais l’arrêter aussitôt la course terminée. Il est préférable de combattre le poisson à partir du moulinet. La pression de la canne
sur la truite doit proportionnelle à la grosseur du poisson. Restez dans l’eau jusqu’aux genoux, approchez la truite, guidez-la  à l’épuisette avec la main porteuse de la canne, faites-la pénétrer et soulevez la puise. C’est le premier moment de grande satisfaction!

Là, vous avez une autre décision à prendre. Hé oui, vous devez décider : soit la graciation soit la conservation du poisson. Si vous graciez, le deuxième moment de grande satisfaction, ou si vous conservez votre poisson.  Pour bien conserver vos captures, éviscérez les poissons aussitôt tués et placez-les dans votre glacière. À défaut de glacière, couvrez les poissons de fougère mouillée ou d’une poche de jute mouillée.

Voici mes suggestions de mouches pour la truite de mer des rivières de Gaspésie.

Mouches sèches imitatives d’insectes aquatiques :
Adams (#  10 à 16)
Blue winged olive ( #  10 à 16)
Haystack (couleur au choix) #  10 à 14
Light cahill (#   12 à18)
Usual  (couleurs au choix) #  12 à 18

Mouches sèches imitatives d’insectes terrestres :
Fourmis noires (# 10 à 16
Fourmis aillées noires (# 10 à 14)
Sauterelles (# 6 à 12

Mouches de surface imitatives de petits mammifères :
Bombers à saumons (autre que blanc, # 2 à 6)
Souris  brunes ou grises foncées (# 2 à 6

Mouches noyées  (émergentes) :
Alder ( # 10 à 16

Streamers imitatives de petits poissons-appâts :
Au bord’elle, 8x long (#2)
Chabots( #  2 à 6)
Grenade, 6x long (# 2 à 6)
Magog smelt (# 2 et 4)
Taylor bugger # 6 et 8
Woolly bugger :olive, noir, brun # 2 à 6

Prenez bien note que cette liste n’est qu’une infime partie de toutes les artificielles disponibles dans les boutiques et dans les boîtes des monteurs-créateurs.

Le meilleur conseil : si je peux me permettre une dernière suggestion de la plus grande importance, lorsque vous ne connaissez pas ou peu la rivière ou le secteur de rivière où vous allez pêcher, engagez-vous un guide! Ce guide devrait être très expérimenté, connaisseur de sa rivière, en bonne forme physique, débrouillard, en mesure de vous aider dans les déplacements, d’aider dans vos lancers, techniques et présentations, porter vos effets et être très habile avec le canotage.

Il est certain qu’un guide de ce calibre coûte cher, mais assurément il augmente   le niveau d’agrément et le succès de la journée de pêche.

Profitez des conseils des professionnels de boutiques de pêche à la mouche. Ils se feront un très grand plaisir de vous suggérer des rivières, des dates où la pêche est bonne habituellement, des guides, des possibilités d’hébergement et des équipements dont vous aurez besoin.Suite à une excellente préparation mentale et physique, vous serez tout fin prêt à aller pêcher la truite de mer en Gaspésie car vous saurez comment vous y retrouver!

Bonne pêche

Claude Bernard

________________________________________________________
(tous droits réservés)
Avis Important : tous les textes sur Québec Pêche appartiennent à leur auteur respectif. QP se dégage de toute responsabilité relié de près ou de loin au contenu des chroniques publiées sur Québec Pêche.

À propos

TOUTES QUESTIONS et SUPPORT
Voir nos forums de discussion

Connexion/inscription

Vous êtes maintenant connecté en utilisant vos informations Facebook